Nidaiglejuin2017

 

 

Arrête de compter

arrête de marcher

arrête l’été

arrête-toi

au col.

 

N’imagine rien

ne projette rien

ni pierres ni rêves

jette-toi

au sol.

 

Dos à la terre face au ciel

bien ancré bien abandonné

dors

pour mieux

t’éveiller.

 

Pas plus que les ombres

de ces deux vautours

pas plus que le jour

le temps

n’a passé.

 

À grands cris tu pars

à l’assaut du « nid de l’aigle »

dans le grand pierrier

au-dessus

du col.

 

Belledonne, Col de la Perrière, 18 juin 2017

 

© Lionel Seppoloni, tous droits réservés.

 

 

11/06/2019. Deux gosses dans la montagne... lecture musicale à la librairie Antiope, Annecy.

17/11/2017 - Une journée à dix aurores