Parisjuillet2015

 

Retourner à Paris ce n’était pas par nostalgie, mais pour tenter encore et autrement de s’immerger dans des images vivantes − c’est-à-dire non seulement éviter les (inévitables) clichés du parcours touristique, mais vivre tout ce qui se donne à voir sans chercher à le garder, à le regarder pour plus tard. Prendre notes, dès lors, n’est pas prendre mais donner, se donner, se rendre disponible à ce qui est donné.

À mes côtés Léo crayonne dès qu’il le peut et dit qu’il voudrait « apprendre à dessiner les choses que l’on voit, pour voir » (pour mieux voir ?).

Aller au Musée d’Orsay rendre visite à Bonnard, c’était aussi pour apprendre à voir ; et au Musée de la Musique (mais de cela il n’est resté que des notes dans la tête), pour apprendre à entendre...

Voici donc, en quelque sorte, des notes d’apprentissage, comme les pages détachées d’un carnet d’écolier…

 

Le Villard de La Table, 16 août 2015