LE RETOUR DU ROBOT

 

Hubot01

 

Cette fois-ci je pousse bien plus loin la séquence robotique. Hirsute avant les vacances, me voici coiffé, rasé, maquillé, lissé, lunetté, cravatté, suffisamment méconnaissable pour que quelques élèves un peu distraits croient véritablement à la fable de mon remplacement. Impassible et froid je prends sans sourire la parole et prononce sur un ton morne mon discours.

« Bienvenue à tous. Je suis S214, modèle Seppo02, le hubot-remplaçant de votre professeur de français qui est actuellement hospitalisé. La préparation de sa séquence consacrée aux robots lui est en effet montée à la tête, et il a fallu l’interner à Bassens car il se prenait pour un robot.

Fort heureusement, vous êtes dans un établissement à la pointe de tous les progrès technologiques. Vous allez avoir la chance d’expérimenter le tout premier modèle de robot organique anthropomorphe capable de remplacer les anciens modèles humain, de moins en moins fiables et insuffisamment performants. Soyez confiants et rassurés. La totalité de la mémoire de votre ancien professeur m’a été transmise. Je reste néanmoins bien plus performant que lui, car dépourvu de ces parasitages anti-scientifiques que sont les émotions humaines. Nous allons donc pouvoir travailler ensemble avec une efficacité sans limites. Tout ce que nous ferons sera communiqué quotidiennement à mon modèle humain, qui pourra ponctuellement revenir vous voir si les médecins estiment que cela ne présente aucun risque. »

Et puis, comme l’an passé, je commence la séquence par la chanson de Megumi Satsu « Silicone Lady » et mime le robot féminin détraqué, inquiétant et drôle de la chanson. Toute une semaine je tente de rester dans mon rôle de robot. Je ne bois plus de thé. Je ne me gratte plus la tête ainsi que j’en ai la manie. Je ne déambule plus dans la salle. Je ne souris plus. Je ne dis plus « je » (tout au moins, j’essaie). Je ne manifeste plus d’émotion ni de jugement personnel. Je m’efface totalement au profit de ma fonction. Bien entendu l’humanité ne cesse de s’immiscer par toutes les failles de mon rôle, que j’abandonnerai la semaine suivante en inversant le discours…

 

26 février 2018

 

 

© Lionel Seppoloni, tous droits réservés.