« É PATI PAPI AMI »

 

 

Ce matin d'été, les deux notes de la cloche, les cris des martinets.

 

Ce matin d'été, la pie veille sur le nid – oh, sa longue silhouette !

 

De toit en toit, scies et marteaux se répondent : quelle activité !

 

Moi aussi je tape, moi aussi je scie, l'été durant.

 

En haut du grand champ, allongé devant les vaches, l'enfant s'était endormi.

 

L'enfant qui parle n’est bientôt plus un enfant : « e pati papi ami »…

 

Le tonnerre. Les chiens hurlent à la mort du côté de La Provenchère.

 

Éclair horizontal le long de la colline : horizon barré.

 

10-26 juillet 2008