DANS LA LUMIÈRE DU SOIR

 

 

On se dit que l'été, cette année, s'est prolongé plus que d'habitude. C'est aujourd'hui seulement que résonne le premier coup de semonce de l'automne. On rouvre la fenêtre sur un paysage noyé de brume. La grêle, comme un peu de neige fondue, s’abat.

On ne sort pas, à cause du mauvais temps mais aussi à cause de cette terrible maladie des champs maudits, l'anthrax, qui a tué des vaches et des chevaux et, comme en 1997, resurgit des profondeurs. On n'ira pas aux champignons cette saison. Aux informations on parle aussi de la grippe A qui menace. Tout menace ! Mais ce qui me navre vraiment,  c'est le craquement sec de la coquille de l'escargot quand, par mégarde, sorti brièvement pour aller chercher un carton à l'atelier, je l'écrase.

Ce soir le crépitement de la pluie donne de l'espace à la méditation. On en ronronne d'aise, assis sur le petit banc de bois (la tendinite interdit le coussin). Ô la belle averse d'automne ! Le cœur plein de clarté, l'arrivée des jours sombres ne provoque nulle crainte. 

 

25 août 2009