Imprimer

 

 

 Tout là-haut un tarin joue lui aussi les équilibristes...

 


 

 

EN ÉQUILIBRE

 

Léo traîne une branche dans la neige, où la chienne se roule en ahanant.

Clément, en équilibre sur une souche, clame : « ma-man ! »

Un avion trace à travers le ciel bleu une ligne vacillante.

Léo, Clément et Nathalie marchent dans les feuilles — le bruit de leurs pas, de leurs voix, qui s'éloignent.

Une branche morte, cassée, prête à tomber, bouge au gré de la brise.

Le pâle soleil de fin d'hiver roule sur la crête.

Tout là-haut un tarin joue lui aussi les équilibristes.

 

dimanche 11 mars 2012


 

  

HORS-TEMPS

 

Nathalie et Clément sont assis dans l'herbe jaune pendant que Léo, à peine remis des retrouvailles avec River et Lucile, fait une sieste, et que je reste au bureau. Comment replonger dans le hors-temps de l'écriture sans négliger la beauté pure et banale du maintenant ? Je poursuis néanmoins mon travail.

 

 14 mars 2012


 

  

DE TRÈS LOIN

 

La pluie crépite enfin à la fenêtre de toit et brouille la silhouette du poirier. La terre respire. Le couple de pies s'affaire pour installer son nid juste en face de la maison — on espère qu'ils s'y plairont et qu'on pourra guetter l'arrivée des petits.

La pluie redouble, belles rumeurs apaisantes.

Mon père, en bas, place les premières plaques du plafond de l'entrée.

Ma mère et Nathalie plient du linge.

Clément attend que le sol sèche, Léo regarde un « C'est pas sorcier ».

Au téléphone la voix essoufflée de ma grand-mère qui n'en peut plus, qui demande quand cela va s'arrêter, qui souffre.

Soudain il neige.

Tout cela, je le vois et je l'entends de très loin.

 

18 mars 2012


 

 

PRINTEMPS LOINTAIN

 

Le soleil décline dans le jardin désert. Une moto passe bruyamment. Une corneille. Le vent dans les drapeaux.

Avant-hier c'est Nathalie la première qui l'a vu, le rougequeue sur le toit du hangar. À présent ils sont partout : au faîte des antennes, du poirier, des arbustes, le long des toits, sur les gouttières… Partout on froisse son papier, sa copie…

L'air est doux. Je me lève de ma table pour soulager mon dos et regarde Nathalie qui sort l'étendoir. Le saule comme chaque année est couvert de chatons, première nourriture des abeilles.

Printemps lointain: et la scène semblait déjà de la mémoire... 

 

24 mars 2012


 

  

LES DRAMES

 

Clément cherche vainement son frère dans le jardin. « Est caché, Léo ? » Mais son frère n'est pas là, invité à un anniversaire auquel son petit frère n'est pas convié. Petit drame, qui sera suivi par bien d'autres du même genre dans les années à venir…

Au téléphone ma grand-mère suffoque. Le comprendre devient difficile. La fin semble proche. Elle dit que c'est atroce, parce qu'elle ne joue plus aucun rôle. S'efface dans la douleur. Grand drame.

 

28 mars 2012

 

 

© Lionel Seppoloni, tous droits réservés.