ÉTINCELLES ET FLOCONS

 

Un grand soleil d’hiver perce entre les nuages et sème ses étincelles dans la cour  encore trempée. Je ferme les yeux. Je traverse toute la cour du collège les yeux fermés, face au soleil, baigné par cette lumière violente et les clameurs qui résonnent entre les murs — car c’est l’heure de la récréation. Aussitôt je suis transporté au bord d’une plage. Un coup de vent me fait connaître une sorte d'extase discrète, muette, très passagère, très douce. 

À mesure que je remonte le vent se lève, des bourrasques bientôt mêlées de neige plient les arbres. Ciel immense, nuages immenses, dégradés de gris, de blanc, d'ocre pâle, de pauvres verts, de feuilles mortes. 

À la nuit tombée je regarde les flocons voltiger à la lueur du réverbère, dont on vient tout juste de changer l’ampoule.

 

10 février 2013